Samedi 29 juillet 2006 6 29 /07 /Juil /2006 01:14

J'ai mangé trop de pain hier et arriva ce qui devait arriver... tout ça pour 50g de plus que ce que je m’autorisais!
Et commença le rituel habituel : j’avale vite du malox, j’attends quelques secondes pour qu’il colle à l’œsophage, je fais un bain de bouche, je me lave les dents pendant un long moment, j’arrête, je passe du fil dentaire, je recommence un bain de bouche.
Et je vais me coucher avec une poignée de cachets de levure de bière et 4 cachets de cystine b6, puis je ré-avale du malox que je laisse un moment dans ma bouche pour éviter que si des acidités remontaient, elles n’attaquent les dents !
Tout ça n’est qu’empirique, mais j’aimerais comprendre, pourquoi est-ce que je prends autant soin de moi après m’être justement m’être fait tant de mal ?
Pourquoi est-ce que je déteste ce corps alors que je fais tout pour qu’il me plaise?
Toujours les apparences, toujours cacher aux autres et se cacher à soi-même l’évidence, je suis folle, je ne sais pas comment j’ai fait pour tomber si bas...

Je me fais vomir mais rien ne doit laisser paraître cette souffrance et les conséquences alors je prends soin de mes dents!
Je mens encore en avalant et en me servant de toutes sortes de produits anti-chute de cheveux !
Je ne veux pas qu’on remarque que mon corps est trop maigre alors je mens en invoquant toutes sortes de mensonges (et Dieu sait que je suis très créative) !
Mon corps est énorme alors je ne mange pas devant les autres pour leur faire comprendre que je ne suis pas un goinfre, victime de la gourmandise!!

Comment ces vomissements ont pu prendre de telles proportions et survenir avec une telle fréquence?
On considère les TCA comme des addictions, je commence à mieux comprendre pourquoi.
En fait je reconnais que l’anorexie peut être jouissive les premiers temps et surtout jusqu’à ce qu'on essaie de s’en sortir, je me rappelle comme je me sentais puissante et fière de moi de résister à tout, à vivre tout le temps dans le challenge...!
Et la boulimie, le moment de joie que j’éprouve c’est le soulagement quand tout est enfin sorti, l'impression que, je peux contrôler tout ce que je mange sans grossir, que mon corps ne peut pas décider de tout!!
Le challenge et le contrôle comme toujours!
C'est quand même très cher payer!

On doit bien pouvoir être fier de soi sans passer par des moments de douleur et de défi? Enfin, il paraît!
Il y a bien des gens qui réussissent à être fiers sans passer par l'extrême pour se prouver les choses?
C’est peut-être que ces personnes sont fières d’elles quand les autres sont impressionnés alors que moi il faut que j'ai besoin de m’impressionner moi même!
C'est ça que je ne comprends pas, pourquoi vouloir se prouver des choses à soi-même!
Et là, pourtant, il n'y a aucune apparence qui rentre en compte puisque je ne fais ça que pour moi!
Vouloir toujours mieux réussir que les autres, quel intérêt?
Et surtout : comment font les autres??????
J'ai vécu comme ça depuis des années et je ne sais pas comment faire pour être différent et je l’avoue, ça me fait peur, je crains de ne plus pouvoir être satisfaite, je crains d'être suffisante!

Enfin même après ma nuit passée et toute cette réflexion, je vais pourtant bien et j’ai envie de commencer ma journée gaiement, je suis positive!
Encore un paradoxe!
En fait je sais très bien pourquoi je ne suis pas anéantie, c'est parceque la crise d’hier n'eacute;tait en fait que le rejet d'un simple repas, ce n'était pas une vraie crise, je ne me considère pas comme faible parceque je n'ai pas craqué sur de la nourriture et je me sens fière d’avoir réussi à faire sortir cette nourriture (pourtant suffisante pour quelqu'un de normal) qui pesait trop lourd sur ma conscience!
Il va bien falloir que ça s’arrête un jour!

En fait, le plus grave c’est que quand il n’y a ni boulimie ni anorexie, je m'ennuie, le défi me manque, c’est tellement malsain!

C'est dramatique, je le sais et pourtant aujourd’hui, je ne suis pas triste !

Juliette, 8 juillet 2006

 

Par Juliette - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Combien de temps?

Notre plus grande victoire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois qu'on tombe"


Confucius

Cliquez sur l'image pour accèder à la catégorie :

Victoire

Nous sommes en septembre 2006 et j'ai le bonheur de vous annoncer que ma fille est guérie. Je vous dis cela pour vous encourager tous. Ca a mis longtemps, très longtemps, mais nous y sommes arrivées.

Nous avons besoin de vos témoignages, vous qui vous en êtes sortis

Personne n'aime danser avec le diable

Le petit singe là haut, il s'appelle ESPOIR

Recommander

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés